Autant en emporte le vent, Margaret Mitchell


51oGNRBoGHL._SX339_BO1,204,203,200_

BIOGRAPHIE
Margaret Munnerlyn Mitchell, surnommée Peggy Mitchell est née le 8 Novembre 1900. Elle est issue d’une famille sudiste. Encore enfant, elle écrit des nouvelles et des théâtres. En 1916, Peggy écrit son premier roman, Last laysen. A 18 ans, elle perd son fiancé, Clifford Henry qui meurt lors de la première guerre mondiale. Margaret devient une journaliste de l’Atlanta Journal à l’âge de 22 ans. Elle épouse son premier mari, un dénommé Red Upshaw. Margaret divorce au bout de deux ans puis se remarie ensuite avec John Marsh, à 25 ans. Aucun de ces deux mariages ne lui donnera d’enfant. Sa carrière de journaliste prend fin à cause d’un problème de santé. Son mari lui conseille de se mettre à la plume. A 26 ans, elle débute l’écriture de son roman le plus célèbre portant le titre Gone with the wing traduit en français par Autant en emporte le vent. Elle ne le termine que dix ans plus tard. En 1937, un an après la sortie du roman, elle gagne le Prix Pulitzer. Deux ans après, son roman voit sa première adaptation cinématographique par Victor Fleming. Elle décède en Août 1949 à la suite d’un accident.

RESUME
Une histoire d’amour est née avec la guerre de Sécession. Une belle jeune femme, Scarlett O’Hara tombe amoureuse d’un homme, Ashley Wilkes promu à une autre, une dénommée Mélanie Hamilton. Emportée par son chagrin, Scarlett se marie par dépit avec un autre. Peu de temps après, veuve, elle redevient libre. Scarlett se remarie ensuite par intérêt pour sauver son patrimoine familial et devient veuve une deuxième fois. Elle se remarie une troisième fois avec Rhett Butler, non pas par amour mais pour s’assurer une sécurité financière. De ce mariage naît une fille, Bonnie, son troisième enfant. L’histoire d’amour de Scarlett et de Rhett rencontre des hauts et des bas. La mort de Bonnie anéantit le couple. A bout de patience, Rhett quitte Scarlett qui le supplie de rester, se rendant compte enfin qu’elle éprouve des sentiments pour lui.

ANALYSES ET CRITIQUES
Autant en emporte le vent est une œuvre mythique de son époque. D’un premier abord, le livre raconte la tumultueuse histoire d’amour de Scarlett O’Hara, une jeune femme forte, déterminée, prête à tout pour atteindre ses objectifs. En entrant plus en détail, le livre marque des réalités historiques : la guerre de Sécession et le mythe sudiste. Cette guerre a beaucoup marqué l’histoire de l’état américain. Elle a désuni de nombreuses familles, détruit l’amitié et a brisé les liens des gens d’un pays. Le mythe sudiste est mis en exergue par les traits de personnalité des noirs, les formes d’esclavagisme de l’époque et le combat contre la fatalité. Le peuple noir est perçu comme gentil, naïf, et dévoué à ses maîtres.
L’œuvre de Margaret Mitchell est intéressante puisqu’elle met en relief le vécu d’un peuple pendant la guerre de Sécession. L’injustice, la cruauté, le racisme et la mutinerie sont évoqués dans cette œuvre. L’amour, le romantisme, la notion du sacrifice sont des valeurs tirées de cette histoire.
Le livre a été traduit en 27 langues. Il a été la source de plusieurs interprétations cinématographiques. Autant en emporte le vent, récolte dix Oscars en 1940.
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *